Ansar Bait Al-Maqdis : le groupe égyptien qui « s’invite » dans le conflit israélo-palestinien

Alors que le gouvernement israélien accuse le Hamas d’être directement responsable de l’assassinat de trois adolescents, en Cisjordanie, le groupe égyptien Ansar Bait al-Maqdis a revendiqué le triple meurtre ce mardi.  Dans le même communiqué, l’organisation revendique des tirs de roquette contre Israël depuis la Bande de Gaza et prête allégeance au « Calife » Abou Bakr al-Baghdadi.

 

Si l’origine de la revendication semble faire peu de doutes, rien ne prouve à ce stade qu’Ansar Bait al-Maqdis soit effectivement à l’origine de l’enlèvement et du meurtre de Naftali Frenkel, Gilad Shaar et Eyal Yifrach. Il est également possible que le groupe fasse « simplement » preuve d’opportunisme en revendiquant un acte terroriste très largement médiatisé dans le but de se donner une importance qu’il n’a pas.  Mais on notera par ailleurs que, depuis plusieurs années, des groupes terroristes sunnites proches de la mouvance al-Qaïda ont tenté de s’implanter au Liban, en Cisjordanie et à Gaza  pour étendre leur influence dans le monde musulman en « capitalisant » sur la cause palestinienne qui reste un vecteur de sympathie extrêmement puissant au Moyen-Orient.

 

En tout état de cause, seule la fourniture d’informations ou de documents ne pouvant être qu’en possession des tueurs permettrait de valider la revendication du triple assassinat.

 

1)    Ansar Bait al-Maqdis

 

Le groupe Ansar Bait Al-Maqdis (ABM, « Les Partisans de la Maison sainte ») aussi connu sous le nom de Ansar Jérusalem (« Les Partisans de Jérusalem ») s’est fait connaître après la révolution égyptienne de janvier 2011 et est principalement actif dans le Sinaï. Il a élargi et augmenté le spectre de ses activités terroristes après le renversement du Président Mohamed Morsi par l’armée, en juillet 2013. 

 

Il avait annoncé officiellement sa création le 25 juin 2012 dans une vidéo dans laquelle il revendiquait une attaque contre un gazoduc dans le Sinaï. Les membres du groupe expliquaient alors  que cette attaque était une réaction à la vente du gaz égyptien à Israël. Dans une deuxième vidéo,  diffusée, elle, en août 2012, le groupe revendique un tir de roquettes sur la ville israélienne d’Eilat, qui sera, par la suite, visée à plusieurs reprises. En septembre 2012, le groupe revendiquait la capture et l’exécution d’un «espion du Mossad » dans le Sinaï  ainsi que l’assassinat de 16 gardes-frontières égyptiens lors d’une opération dans le Sinaï.

 

On notera que, depuis sa création, le groupe a également opéré sur le sol israélien. Le 21 septembre 2012, une attaque a coûté la vie à un soldat de Tsahal. Israël et le régime égyptien (les Frères musulmans d’abord et l’armée par la suite) sont, depuis le début, des « cibles légitimes » pour ABM.

 

Ansar Bayt Al-Maqdis est un groupe créé par des dissidents du groupe terroriste Hamas, qui s’opposaient à la trêve entre le Hamas et Israël et préféraient continuer la lutte armée contre l’Etat hébreu. Pour s’installer dans le Sinaï, ils ont été soutenus par le groupe Unicité et djihad (Attawhid wal jihad). Ce dernier a intégré le nouveau groupe qui a fédéré par la suite 7 groupuscule djihadistes. On estime à 2 000 le nombre de ses membres actifs principalement dans le Sinaï.

 

Parmi les attaques les plus importantes menées contre le régime égyptien, on soulignera notamment :

 

  • La tentative d’assassinat du ministre de l’Intérieur Mohamed Ibrahim Mustapha, en septembre 2013

 

  • Une attaque contre un immeuble du renseignement militaire à Ismaïlia, en octobre 2013

 

  • L’assassinat de l’officier de sécurité Mohamed Mabrouk, le 17 novembre 2013

 

  • L’attaque d’un poste de contrôle de la police à Beni Suef, le 23 janvier 2014 (5 morts)

 

  • L’attaque au missile d’un hélicoptère de l’armée, en janvier 2014 (5 morts)

 

  • Plusieurs attaques à la bombe contre des installations de police au Caire et dans sa région, en janvier 2014 ( 8 morts et plus de 80 blessés)

 

ABM prétend également être responsable de l’attaque d’un bus de touriste à Taba, le 16 février 2014, au cours de laquelle 3 ressortissants coréens et un chauffeur égyptien avaient été tués.

 

D’après différents témoignages et éléments d’enquête, ABM recruterait essentiellement dans la communauté bédouine du Sinaï mais d’autres égyptiens et même des étrangers auraient rejoint l’organisation.

 

 

2)   Les relations d’ABM avec le Hamas et la mouvance terroriste sunnite

 

Le Hamas s’est démarqué de ce groupe. En janvier 2014, le porte-parole de ce mouvement a nié tout lien avec Ansar Bayt Al-Maqdis, affirmant que ce groupe « n’est pas palestinien ». Le Hamas avait également déclaré son soutien à l’armée égyptienne.

 

Réputé idéologiquement proche d’al-Qaïda, ABM avait démenti, en mai dernier, tout lien organisationnel avec cette mouvance ainsi d’ailleurs qu’avec la confrérie des Frères Musulmans, affirmant néanmoins qu’il partage la même idéologie qu’Al-Qaïda.

 

Il est apparu par la suite qu’ABM était lié à l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) pour lequel il aurait recruté des « moudjahidin ». En janvier 2014, Ansar Bayt Al-Maqdis annonçait d’ailleurs officiellement dans un communiqué avoir prêté allégeance à l’EIIL, serment qui vient d’être renouvelé ce 1er juillet avec celui prêté personnellement au chef de l’EIIL, Abou Bakr al-Baghdadi.

 

Ce mardi, ABM a annoncé qu’il changeait de nom pour devenir Jama’at Ansar al-dawla al-islamiya fi Bayt Al-Maqdis ( « Le groupe des Partisans de l’Etat islamique à Bayt Al-Maqdis »)

 

Pour rappel, le 9 avril dernier, le Département d’Etat américain désignait ABM comme étant une « Organisation terroriste étrangère » (FTO, Foreign Terrorist Organisation) .

 

Publié sur www.esisc.org

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload