Sur les « Fichés S », le « suivi » des terroristes et leur surveillance: quelques notions de base

Nous avons lu et entendu, ce weekend, énormément de choses sur cette « Fiche S » qui revient à la une à chaque attentat commis sur le sol français, ou presque. Un grand nombre de ces propos sont tenus par des gens qui n’y connaissent rien ou pas grand-chose (y compris, malheureusement, dans le monde politique...) ou encore qui utilisent cet argument pour décrédibiliser l’action des « services » ou celle de l’Etat en matière d’antiterrorisme. La question que se posent donc, de bonne foi, nombre de nos concitoyens est, dès lors : « X était fiché S, donc surveillé. Comment a-t-on pu le laisser passer à l’acte ». Très bonne question. Mis à part qu’elle repose sur une erreur fondamentale : la Fic

Après Carcassonne, quelques réflexions...

Après près de six mois de « calme », la France a, une fois de plus, été touchée par le terrorisme. Le drame de Carcassonne apparaîtra peut-être, dans l’avenir, comme ayant signé un douloureux réveil au principe de réalité : non, la défaite territoriale de Daech n’a pas entraîné la fin de la terreur ; oui, la menace reste intacte, même si elle a peut-être, légèrement diminué. Je me trouve, ce matin, dans une situation désagréable. Je respecte l’Etat que j’ai servi vingt ans, je suis fondamentalement légitimiste et je soutiens ceux que le suffrage universel a porté au pouvoir et, surtout, je sais le dévouement et la qualité des femmes et des hommes qui contribuent, chaque jour, à notre sécurit

L'AUTEUR
RUBRIQUES

Par tags
Mes sites et blogs
Me suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Archives