« Jeunes » radicalisés et adolescents djihadistes: Pourquoi et Que faire ?

« Le paradoxe de la condition humaine, c’est qu’on ne peut devenir soi-même que sous l’influence des autres »[1]. Boris Cyrulnik Cet article pourra surprendre sous ma plume : je suis conscient d’avoir l’image d’un « faucon » ou même d’un « éradicateur », comme disent mes amis arabes engagés dans la lutte contre le djihadisme et/ou contre l’islam politique. Cette image correspond en partie à la réalité : toute une vie – 40 ans quand même…- passée à observer (parfois de très près, en zones de guerre ou sur des terrains de djihad) et à analyser la violence du monde ne prédispose pas particulièrement à l’angélisme ni à avoir des auteurs de faits criminels une vision « bisounours ». - « D’où » je

L’attaque terroriste du 25 septembre à Paris : une analyse

Le vendredi 25 septembre, vers 11h45, le djihad s’est donc à nouveau invité dans les rues de Paris : un individu « inconnu des services de renseignement » s’est est pris, avec un hachoir à viande, à deux chargés de production de l’agence de presse télévisuelle « Première Ligne » qui stationnaient en « pause cigarette » devant les anciens bureaux de « Charlie Hebdo », rue Nicolas Appert (11ème arrondissement), leur agence étant logée dans le même immeuble. Les deux victimes sont hors de danger au moment où j’écris ces lignes. Cette nouvelle attaque pose évidemment des questions et oblige à faire le point sur l’état de la menace terroriste en France (et, plus largement, en Europe). 1) Que nous

COVID-19 : Apprendre à vivre avec le virus ou choisir le suicide collectif…

Le climat anxiogène créé par la pandémie de COVID-19 s’alourdit de jour en jour. Mais c’est n’est plus tellement la maladie elle-même qui crée ce malaise, mais bien les mesures incompréhensibles et souvent liberticides décidées par des gouvernements qui, de plus en plus souvent, donnent l’impression de naviguer à vue. Et, bien entendu, les médias, par leur couverture permanente et parfois discutable rajoutent de la confusion dans les esprits. Il y a quelque chose d’objectivement indiscutable : la maladie progresse – que nous soyons au début d’une « deuxième vague » ou dans la simple continuation de la « première » : ce jeudi 17 septembre, on comptait au moins 29 870 112 cas de contaminations

L'AUTEUR
RUBRIQUES

Par tags
Mes sites et blogs
Me suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Archives