Les failles de sécurité à l’aéroport de Bruxelles étaient nombreuses et connues

Il est impossible d’affirmer que l’attentat qui a frappé, le 22 mars, l’aéroport de Bruxelles –National (« de Zaventem », du nom de la commune sur le territoire de laquelle il est implanté), aurait pu être évité. Mais on peut avoir deux certitudes : 1) Daech, depuis 2014, a essentiellement tenté de frapper, en Occident des cibles faciles (« soft targets »), à savoir des lieux peu protégés et attirant la foule : les attentats du 13 novembre à Paris et l’attentat du métro Maelbeek à Bruxelles le 22 mars en sont des exemples évidents. Or un aéroport n’est pas ou, au moins, ne devrait pas être une « soft target ». 2) Les failles de sécurité à l’aéroport ne sont pas nouvelles et ont déjà été cons

L'AUTEUR
RUBRIQUES

Par tags
Mes sites et blogs
Me suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Archives